EN CONSTRUCTION


Vous n'êtes pas connecté. Connectez-vous ou enregistrez-vous

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas  Message [Page 1 sur 1]

1 Ashira: plus qu'une banale expérience... le Ven 04 Oct 2013, 4:00 pm

Chûnin d'Oto
avatar


       
Ashira
18 ans ∞ Planque d'Orochimaru ∞ Village caché d'Oto ∞ Shinobi ∞ Chûnin ∞ Rang C ∞ Ninjutsu ∞ Dôjutsu ∞ Katon ∞ Doton
« citation »

       

       
✖ Mon Caractère ✖
Ashira est une jeune adulte complexe et unique à la fois.  En cette période de la vie, on pourrait croire que ces jeunes ont perdu cette naïveté qui a caractérisé leur enfance.  Or, ce n'est point le cas de la jeune protégée du Sannin au serpents.  En effet, depuis sa tendre enfance, Ashira croit en cette grande illusion spéculant que l'Otokage désire rétablir la paix dans le monde shinobi, faisant même de cet objectif idéal son nindô.  Ensevelie sous les mirages depuis ses premiers jours sur Terre, Ashira croit fermement en ces derniers de sorte qu'il est difficile pour autrui de lui inculquer de nouvelles idées qui seraient trop différentes des siennes.  Son entêtement et sa détermination à toutes épreuves font d'elle une shinobi qui ne recule devant aucun obstacle.  Détestant l'échec plus que tout, elle accomplit tout ce qui est en son pouvoir, dépassant volontiers ses propres limites, pour atteindre son but.  Lorsqu'un échec vient à survenir, la demoiselle normalement introvertie peut devenir arrogante et impulsive, renversant ce qui se trouve sur son passage sans s'en soucier très longtemps.  

À plusieurs occasion, son esprit compétitif lui joue de mauvais tours, contribuant à l'isoler des autres jeunes de son âge.  Peu bavarde, la demoiselle a tendance à préférer la solitude aux foules bruyantes.  Ashira, n'ayant pas de réels parents, n'a pas vraiment une idée claire de ce que représente la famille ainsi que la confiance envers les autres.  Il n'est donc pas étonnant de retrouver chez elle une méfiance que peu réussissent à renverser.  Son sensei est une rare personne étant parvenue à passer au travers de cette barrière psychologique.  Malgré la différence d'âge qui les sépare, elle a su reconnaître en lui un ami de confiance sur qui elle pourrait toujours compter.  

Comme presque tous les jeunes de son âge, elle tend à avoir trop confiance en elle et en ses moyens, ce qui la met de temps à autre en mauvaise posture.  Heureusement, son esprit stratégique et sa perspicacité arrivent habituellement à la sortir du pétrin.  Dans le cas contraire, son entêtement naturel et sa haine pour les défaites nuisent à l'apprentissage de ses erreurs, laissant à son sensei le devoir de tout réparer derrière elle.  Ceux qui ne la connaissent pas pourraient se contenter de voir son air neutre et distant.  Or, ceux qui figurent dans son limité cercle d'amis voient l'ampleur et la richesse de la jeune femme pacifique et valeureuse qu'elle est.

       
✖ Mon Physique ✖
Par ses origines génétiques, l'adulte qu'est devenue Ashira tient ses traits physiques principalement du Kage du village caché du son.  D'abord, la première chose que l'on peut remarquer d'un rapide coup d'oeil est sa longue et épaisse chevelure couleur charbon.  Taillée en « V » dans le dos, comportant une mèche plus courte de chaque côté de la tête et ayant une séparation l'orientant vers la droite, cette crinière est le plus souvent laissée à l'air libre par sa propriétaire, exceptée une petite épingle colorée qui retient la frange hors de ses yeux.  Lors de séances d'entraînement plus intenses ou lors de missions, la jeune demoiselle les attache en une haute couette derrière sa tête, ne laissant que ses mèches rebelles encadrer son visage.  Ce dernier, aux traits fins et aiguisés, porte deux prunelles foncées avides de connaissances et d'expériences, se trouvant sous de minces sourcils raffinés donnant du caractère aux expressions faciales de l'adolescente.  Pour un étranger, la pâleur d'Ashira pourrait leur faire croire qu'elle est atteinte d'une quelconque pathologie grave.  Ce trait particulier lui provient toutefois de son créateur, au teint également livide.

Au fil des années, cette enfant aux minces chances de survie a atteint une grandeur dans les moyennes des femmes de son âge.  Sa fine ossature combinée à ses entraînements rigoureux lui ont conféré un tour de taille peu effrayant pour ses adversaires de corpulence régulière.  La seule la force de vivre se dégageant de la jeune ninja permet de combler ces lacunes physiques au combat.  Parmi tous les sujets de l'expérience dont Ashira faisait partie, plusieurs ressemblaient en maints points à l'Otokage, mais aucun ne s'en rapprocha autant qu'elle.

Côté vestimentaire, Ashira ne se différencie guère des autres ninja de son village natal. Usuellement, elle porte son classique uniforme d'entraînement et de mission, toujours prête pour la moindre petite assignation.  Composée d'une camisole noire recouverte d'un long chandail beige légèrement décolleté en « V », cette tenue couramment portée par les shinobi personnels d'Orochimaru ne fait pas exception chez Ashira.  Accompagnée par ses sandales noires, ses pantalons noirs allant presque jusqu'à ses genoux composent le bas de son uniforme.  Finalement, la ceinture en épaisse corde mauve complète l'ensemble, attestant son dévoument au village caché du son.  Comme plusieurs shinobi d'Oto, Ashira ne porte pas de bandeau à l'emblème de sa contrée.

       
✖ Behind the screen ✖
  âge • 22 ans
       prénom ou pseudo • Alex ou Game Over
       sexe • Féminin
       comment as tu connu le forum ? • Razz
       présence • 100% présente!
       autre chose ? • écrire ici

image by tumblr # code by shiya.



Dernière édition par Ashira le Mer 19 Fév 2014, 9:41 pm, édité 4 fois

Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-ascension.forum-canada.net/t22-ashira-plus-qu-une-banale-experience-uc

Chûnin d'Oto
avatar


       
Ashira
« Mieux vaut la paix certaine que la victoire espérée »

       

       
✖ Mon Histoire ✖
De nos jours, avec les nombreux conflits amenant la mort aux shinobis, il est difficile de croire à l’existence de l’immortalité.  Pourtant, quelques fanatiques se dévouent corps et âme pour atteindre ce niveau qui révolutionnerait le concept même de la vie humaine.  En effet, à quoi bon mener une guerre si personne ne peut y perdre la vie?  C’est ce que plusieurs m’ont répétée depuis mes tout débuts, en tant que ninja.

Je me présente : je suis Ashira, chûnin du village caché du son.  J’ai maintenant dix-huit ans et j’accomplis des missions importantes pour la contrée du Son.  Mais commençons par le commencement.  Selon ce que l’on m’a racontée, j’ai été conçue dans un laboratoire du village caché d'Oto par le dirigeant même de ce village.  Ce dernier avait, depuis plusieurs années, quitté le village de Konoha, qui avait l’emprise sur lui.  Je dis « l’emprise » puisque ce village éloigné, qui avait pourtant vu naître et qui avait accueilli Orochimaru-sama, le limitait sans cesse dans ses recherches qui, pourtant, allaient servir à faire avancer de multiples domaines, tel le ninjutsu.  Je ne suis pas au courant de tous les détails de cette affaire, mais c’est finalement au village caché du son que mon créateur et son collègue ninja médecin accomplirent cette nouvelle expérience qui me mit au monde : afin de créer des ninjas aux capacités supérieures, une combinaison génétique a été effectuée entre l’ADN de mon maître et de celui du plus puissant clan de son village natal.  Tout comme moi, le feu était leur affinité de prédilection et leur talent naturel n’avait plus à faire ses preuves.  Ce que j’ignore encore pour l’instant, c’est que ce n’est pour ni l’un ni l’autre de ces avantages que le maître avait choisi ce clan légendaire de Konoha.  En fait, il espérait plutôt que nous, la centaine d’enfants conçue par ce test, développions le fameux dôjutsu qu’il désirait obtenir depuis maintenant plusieurs décennies.  Or, de cette expérimentation, il ne reste désormais qu'une poignée de survivants, aucun n'ayant pu réaliser le rêve de l'homme serpent jusqu’à maintenant.  

C'est donc peu de temps après ma naissance que je quittais le laboratoire pour explorer mon village natal, créé depuis peu.  Je fus logée, nourrie et durement entraînée par les plus redoutables éléments du village dès que j'eus appris à marcher.  Moi qui avais tendance à m'intérioriser et à m'isoler des autres pendant mon enfance, j'eus tôt fait de changer cette partie de moi pour m'adapter à la dure vie d'un ninja du son.  Malgré toutes les difficultés et tous les défis que je rencontrais, il était hors de question pour moi de laisser tomber, d’abandonner le village ainsi.  Depuis ses premiers jours, il se battait contre la corruption et les subterfuges des grandes nations d’aujourd’hui.  L'un des plus grands obstacles auquel je dus faire face se présenta lorsque je fus intégrée à une équipe de trois jeunes ninja, guidée par un sensei.  Rapidement, je fus intégrée à une équipe ninja et accompli avec elle de nombreuses missions.  Je n’étais pas particulièrement proche de mes coéquipiers, mais nous nous entendions suffisamment bien afin de permettre la réussite de nos missions.  Pensant d'abord que je n'arriverais à rien dans cette équipe de nazes, je fus surprise par l'efficacité de notre équipe, et ce malgré sa cohésion aussi solide qu'un brin de paille.

Durant toutes ces années, je m’entraînais dur, continuellement motivée par le désir de devenir forte pour un jour dépasser ces maîtres qui me faisaient tant suer et souffrir.  Or, toutes ces épreuves n’étaient pas vaines : en devenant plus forte, j’allais pouvoir contribuer au rétablissement de la paix dans ce monde rempli de haine et de mort, comme le souhaitait le fondateur du village.  Compétitive par ma nature, je détestais l’échec et le sentiment d’infériorité qui m’habitait à l’époque.  C’est pourquoi je poursuivis les entraînements en redoublant de rigueur le soir venu.  De toute façon, ce n’était pas comme si j’avais quelqu’un qui m’attendait à la maison.  Stratégique et très méfiante, j’étais loin d’étaler mes capacités en longs discours inutiles.  Au contraire, la discrétion était la plus fidèle de mes amis.  Je ne possédais d’ailleurs que très peu de ces derniers puisque j’avais (et j’ai toujours) d’énormes difficulté à faire confiance à autrui.  

Pas plus tard que l’année dernière, lorsque l’Otokage reconnut finalement la qualité de mes progrès, il me fit cadeau d’une partie de sa puissance en m’apposant la marque maudite de la terre.  Heureuse d’enfin être reconnue pour ma véritable valeur, je ne pouvais que me réjouir de ce cadeau empoisonné.  N’ayant pas été informée de la douleur sans équivoque ni des importants risques qu’engendrait l’apposition de ce sceau, j’acceptais cette bonne grâce que le Maître me proposait.  Les entrailles déchirées par la déflagration qui suivit la morsure de l’homme serpent à mon cou, je passais un après-midi à tenter de surmonter cette noirceur d’une intensité inqualifiable pour finalement perdre conscience pour les deux jours suivants.  Il s’agissait probablement d’un concours de circonstances, mais ce fut au cours des jours de mon inconscience que les genins qualifiés quittèrent le village pour participer aux examens permettant de devenir chuunin.  C’est pourquoi je suis demeurée genin plus longtemps (malgré mon niveau) que les jeunes de mon âge.  Or, cela ne m’attrista guère puisque je venais d’être intégrée aux disciples de l’homme serpent, ce qui m’a rendue au summum de la fierté.  

Grâce au premier niveau du sceau de la terre, je possédais une puissance et une rapidité amplifiée que j’employais lorsque la situation se compliquait, me conférant un avantage considérable face aux adversaires des autres contrées.  J’en voulais toutefois encore plus, mais n’arrivais pas à dépasser ces limites physiques imposées par les contre-effets du sceau.  On m’a déjà parlé d’un second niveau, conférant un pouvoir encore plus grand à son utilisateur.  Le moyen d’atteindre ce niveau m’est, pour le moment, toujours inconnu.  Je n’abandonne pas pour autant.  Animée par ces mêmes idéaux de paix ainsi que par ma volonté de dépassement, je poursuivis mes rigoureux et difficiles entraînements afin de me perfectionner toujours davantage.  

Étant donné mon incapacité à participer aux examens, notre équipe entière devait, théoriquement, attendre au prochain pour espérer atteindre le grade de chuunin.  Or, une bien étrange dérogation fut appliquée pour mes deux équipiers, prêts pour l’examen, qui se jumelèrent à un autre genin pour se rendre à l'examen. Je ne fus mise au courant de cette histoire qu'à la fin de l'examen alors que les équipes rentraient chacune leur tour au village. Certaines étaient déçues d'avoir lamentablement échoué, pleurant toute la honte qu'ils éprouvaient vis-à-vis leur maître. Attendant moi-même avec une certaine impatience le retour de mon équipe, croyant avec certitude qu'ils avaient tous les deux réussi ce ridicule examen, je fus frappée de plein fouet par une nouvelle des plus tragiques : mes deux partenaires et leur équipier improvisé avaient péris lors de la deuxième épreuve. Sur le coup, je figeais carrément sur place, ne sachant point identifier ni exprimer les émotions qui me chavirèrent tel une violente tempête parmi celles qui dévastaient tous les champs de riz du village. Difficile de dire si j'éprouvais de la tristesse, une haine profonde envers les grandes nations qui acceptaient ce genre de morts durant leurs examens stupides ou encore un mélange des deux. Certes, j’étais affligée par la perte des deux garçons qui avaient partagé ces premières années de durs entraînements avec moi.  Or, ce qui me renversait à l’intérieur était plutôt de savoir que de telles atrocités se déroulaient avec comme simple but que de divertir les Kage. J'étais effondrée, écroulée, accablée par l'immense chemin que le monde devait accomplir pour enfin réaliser cette paix que tout le souhaitait. Je conservais tous ces sentiments en moi, refusant de les exprimés pour qu'ils me servent ensuite de faiblesse. J'assistais à l'enterrement de mes camarades et n'y versais aucune larme. Bien rapidement, le village oublia ces jeunes sacrifiés puis la routine reprit lentement son cours normal.

Après cette histoire, je repris les entraînements avec encore plus d'ardeur, mais je le fis seule.  Le sensei m’assistait de temps à autres, mais sans plus. Je me bornais à maîtriser le sceau conféré par maître Orochimaru, mais il s'avérait que c'était beaucoup plus difficile que ce que je le pensais. Aujourd'hui, j'arrive à contrôler son pouvoir, maîtrisant le second niveau du sceau. Environ deux semaines après la dissociation de mon équipe, on me proposa d’en intégrer une nouvelle, ce qui me déplut au plus haut point.  Toutefois, je n’avais pas le choix si je voulais à mon tour passer ce fameux examen des chûnin.  J'avais moins d'affinité avec ces seconds partenaires, mais rien n'empêchait notre équipe d'être fonctionnelle pour accomplir les desseins de maître Orochimaru.  L’année suivant le test qui avait emporté mes premiers camarades, je participais à cette nouvelle épreuve qui se déroula au village caché du sable (un an avant celui de Konoha).  Malgré ma colère pour les hauts dirigeants présents, je me conformais à leurs coutumes, non sans grommeler intérieurement, et accompli l’examen avec brio.

Passant au grade de chûnin, je n’avais plus besoin de demeurer associée à mes partenaires.  Je poursuivis donc mes entraînements seule ainsi qu’avec mon ancien sensei qui savait approcher mon tempérament solitaire.  Avec lui, j’accomplis plusieurs missions de plus haut rang, ce qui me permis de m’améliorer davantage.  Ce que j’ignore toutefois, c’est que ce sensei, en qui j’ai une confiance aveugle, constitue les yeux et les oreilles directes de Maître Orochimaru.  Ce dernier n’attend qu’une seule chose : l’éveil des sharingan.

Aujourd’hui, dévouée à l'Otokage, je suis savamment ses ordres.  Plus les missions me mènent loin du village, plus je développe ce besoin d'en savoir plus, une envie irrépressible d’aller voir ces autres contrées de mes propres yeux.  Le jour viendra peut-être où je pourrais simplement voyager en suivant mon propre désir.  Mais pour le moment, j’appartiens au village caché du Son et à sa quête pour la paix dans le monde des shinobis.








   

image by tumblr # code by shiya.

Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-ascension.forum-canada.net/t22-ashira-plus-qu-une-banale-experience-uc

Chûnin d'Oto
avatar

Un petit mot pour dire que ma présentation est terminée!  Very Happy
Bonne lecture aux membres aventureux!

Voir le profil de l'utilisateur http://naruto-ascension.forum-canada.net/t22-ashira-plus-qu-une-banale-experience-uc

Contenu sponsorisé


Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut  Message [Page 1 sur 1]

Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum